Notes pour une socio-technologie du visage

La communication à distance se manifeste toujours en tant que rencontre entre deux ou plusieurs visages. Tout face-à- face peut se faire par écrans interposés et d’ailleurs ce qui s’affiche sur les écrans que nous utilisons au quotidien, est souvent un visage, le nôtre aussi bien que celui des autres.

technologie

Le rouleau des contacts dans une application de messagerie instantanée donnée, les notifications, les avatars, les bitmoji, les photos profil, ce sont autant de formes et de façons de représenter un visage.Cette représentation finit par devenir une véritable construction à plusieurs, chaque visage est un processus collectif, une œuvre sociale et technologique car il est toujours relationnel et interpersonnel. Il y a un visage s’il y a un regard, le regard de l’autre. Notre visage nous échappe, il est toujours ailleurs, dans le regard des autres, à fleur de peau. Un visage crée des relations et il est à son tour formé par les relations qu'il produit et sans lesquelles il ne pourrait pas exister. 

Sa sociabilité et sa circulation dans l’espace public sont toujours modelées et véhiculées par le système technologique dominant à une époque donnée. Après avoir été façonnés par la peinture, la photographie, le cinéma et la télévision, à l’époque de la culture numérique nos visages se mettent en scène à travers les pratiques communicationnelles, par le biais de l’écriture et de l’image conversationnelles, sur nos écrans. Le selfie, les filtres, les nombreux effets d’esthétisation et de déguisement, constituent des options et des solutions, désormais ritualisées, pour interpeller notre visage et lui attribuer un style, un caractère, un rôle.

Le visage qui s’affiche à l’écran n’est pas que facial, il est sémiotique aussi : il consiste dans un système de signes qui révèlent à autrui notre présence, notre attention et notre attente, surtout lors d’un échange via tchat et dans les réseau-sociaux où nous sommes présentés comme étant en train d’écrire, en ligne ou hors ligne, actif ou inactif. Une analyse critique des images, des signes et des gestes qui font visage nous permet de décrypter les dynamiques psychologiques et comportementales à la base de la construction de notre identité et du développement de notre capacité à communiquer.   

          

Giuseppe Cavallari

Intervenant à l’ESIN en Histoire et Théorie du visage

PARTAGER