L'IA pour mettre fin à la pauvreté

Le 20 octobre 2021

Selon les données fournies par la Banque mondiale, environ 9 % de la population mondiale souffre de pauvreté, soit 760 millions de personnes. En France, le dernier rapport de l'INSEE estime le nombre de citoyens vivant dans la précarité à 9,3 millions. La pauvreté est donc un fléau qui continue d'être présent. Compte tenu des répercussions du Covid-19 sur l'économie, il s'est même accentué. 

Les instances internationales sont de plus en plus conscientes de la nécessité de réduire les écarts qui subsistent entre les populations les plus riches et celles qui sont encore plongées dans la précarité. À ce combat, elles consacrent tout un ensemble d'efforts et font même appel à des technologies comme l'intelligence artificielle !

Aujourd'hui, nous nous intéressons particulièrement à l’IA, ainsi qu'à la manière dont elle peut réduire la pauvreté dans le monde.

pauvreté IA

#1 TROUVER LES PERSONNES QUI SONT DANS LE BESOIN

Pour lutter contre la misère, il est essentiel d'identifier les zones où elle est la plus répandue. Si dans les pays développés, il est facile de collecter ce type de données, notamment par le biais d'enquêtes, dans les pays pauvres ou en voie de développement, cette tâche est beaucoup plus compliquée et engendre des coûts importants. Pour résoudre cette problématique, l'utilisation de technologies avancées, telles que l'intelligence artificielle, est essentielle.

Afin d'identifier les régions économiques les plus pauvres, les scientifiques utilisent depuis plusieurs années des images satellites. Les clichés sont généralement pris la nuit et les zones où les lumières brillent fortement, même à des heures tardives, sont désignées comme les plus riches.

Le principal inconvénient de cette approche est qu'elle ne suffit pas à distinguer les zones où la pauvreté n'est que partiellement présente de celles qui sont plongées dans la pauvreté absolue. 

C'est pourquoi des chercheurs de l'université américaine de Stanford, dirigés par l'économiste Marshall Burke, ont décidé de capturer des images satellites pendant la journée, en utilisant la technologie IA.

Pour tester l'efficacité des algorithmes IA utilisés pour les images satellites, les chercheurs les ont nourris de photos prises de nuit et de jour de pays extrêmement pauvres, comme la Tanzanie ou le Rwanda. Ils ont ensuite demandé aux algorithmes IA de prédire, à partir des prises de vue diurnes, les zones où l'activité économique est très élevée la nuit.

Les données recueillies ont été transmises à un ordinateur qui les a utilisées pour calculer la répartition de la précarité dans les différents pays. Les résultats sont impressionnants puisque le taux de précision est entre 81 % et 99 % plus élevé que celui basé sur les seules images satellites de nuit.

 

#2 AMÉLIORER L’AGRICULTURE

Pour réduire le taux de pauvreté, il est également nécessaire de donner aux populations les plus pauvres davantage de moyens pour vivre décemment. L'investissement agricole est l'une des possibilités qui peut y contribuer. En effet, la Banque mondiale estime que 65% des personnes pauvres ont l'agriculture comme activité principale.

Une fois encore, l'intelligence artificielle s'est imposée. À l'université américaine de Carnegie Mellon, le roboticien Georges Kantor et son équipe ont lancé un projet d'IA appelé FarmView. Grâce à une technologie robotique et des algorithmes d'IA très avancés, celui-ci permet d'améliorer certaines cultures qui constituent la base en matière d'alimentation.

Connue pour ses fortes capacités d'analyse, l'IA a permis à M. Kantor et son équipe de mieux comprendre les caractéristiques de chaque plante ainsi que les facteurs qui influencent positivement sa croissance.

Ces données seront utilisées par les autorités des pays les plus pauvres pour mettre en place des programmes agricoles très efficaces au profit des plus démunis.

 

#3 UNE MEILLEURE ÉDUCATION

Le manque d’éducation et la pauvreté sont deux phénomènes étroitement liés. Généralement, les populations les plus pauvres sont celles qui éprouvent le plus de difficulté à avoir une bonne éducation et par conséquent avoir le bagage nécessaire pour sortir de la précarité.

L’intelligence artificielle a un grand rôle à jouer à ce niveau. Effectivement, il se peut que dans un futur proche des chatbots ou robots IA puissent servir d’enseignants à une fraction de la population ne disposant d’aucun moyen pour accéder à l’enseignement “classique”.

Avec un ordinateur et une connexion internet, les algorithmes IA peuvent administrer aux élèves des programmes scolaires complets. Grâce à une technologie aussi avancée que l’IA, il sera même possible d’analyser en temps réel le niveau d’apprentissage ainsi que les aptitudes de chaque élève. De la sorte, tous les obstacles financiers et les inégalités entre pauvres et riches en termes d’éducation sont éradiqués.

 

#4 PROJETS D'UTILITÉ SOCIALE 

IBM fait partie des mastodontes économiques qui ont tenté, à leur niveau, de réduire le taux de précarité dans le monde. La firme a d’abord mis en place un projet, baptisé « Science for Social Good », en collaboration avec l’association new-yorkaise St John’s Bread & Life. Le concept est très simple, comme cette association distribue 2 000 repas par jour aux personnes les plus démunies, IBM récolte les données relatives à ces personnes et les partage avec d’autres associations qui ont le même objectif.

Ne se contentant pas de cette initiative, Big Blue a également créé le projet « Simpler Voice ». Celui-ci utilise l’IA pour combattre l’analphabétisme chez les adultes, en leur apprenant des notions de base telles que la signification de certains mots ou images.

 

#5 L’AIDE DIRECTE

L'université américaine de Berkeley a mis en place un programme d'IA appelé « Give Directly ». Il devient donc possible de faire des dons directs aux personnes les plus démunies. Au cours des dix dernières années, plus de 283 millions de dollars ont été distribués à 635 000 personnes grâce à ce programme. Ces distributions ont eu lieu dans des pays extrêmement pauvres tels que le Liberia, le Malawi, le Rwanda et le Kenya.

Pour identifier les personnes les plus méritantes pour ce don, Give Directly utilise des images satellites à haute résolution pour recueillir des informations telles que la densité de population, les routes non pavées, etc. Une fois la population cible définie, chaque personne reçoit une invitation à s'inscrire sur son téléphone portable. Une inscription qui donne lieu à un paiement mobile, qui peut être retiré dans un commerce local.

PARTAGER